Constitution de fichiers par la majorité municipale : inacceptable !

Une détestable habitude a été prise par le député ex-maire et l’actuelle majorité municipale : collecter des données personnelles sur les Juvisiens. L’AJUV s’en alarme et vous en informe.

Toutes les occasions sont bonnes.

Premier exemple. Lorsque des élèves visitent l’Assemblée nationale, nous parlons ici de mineurs sur temps scolaire, où s’impose la neutralité politique, l’ex-maire et actuel député récupère leurs coordonnées, les enregistre sur un fichier et leur écrit, au mépris de toute déontologie. Alerté par des parents d’élèves, le Délégué à la Protection des Données de l’Assemblée nationale a reconnu le caractère illégal de cette pratique et a rappelé R. Reda à l’ordre. Réponse de l’Assemblée nationale :

« Madame,

Nous faisons suite à vos interrogations concernant la réception par votre fils d’une lettre du député Monsieur Robin Reda après sa visite de l’Assemblée nationale.

L’envoi d’une lettre à votre fils est une initiative personnelle du député. Nous avons contacté dès ce matin son équipe pour lui demander la suppression de l’adresse de votre fils dans ses listes de diffusion.

Bien cordialement,

Thiébaut Meyer

Délégué à la Protection des Données »

Dernier exemple en date, le grand débat national. En effet, les habitants sont appelés à déposer en mairie une « lettre de doléances » où ils exposent leur point de vue sur de grands thèmes (lien vers le document sur le site de la Ville). Et en bas de la feuille, que doivent-ils indiquer, outre leur nom, leur prénom et leur adresse postale ? Leur adresse électronique et leur numéro de téléphone. Les identités et les adresses peuvent être récupérées sur les listes électorales, la majorité ne s’en prive pas pour envoyer des courriers ciblés à tout bout de champ. Les courriels et les coordonnées téléphoniques sont de précieuses denrées pour un fichier destiné aux campagnes électorales. Surtout lorsque ces données sont accompagnées des opinions des citoyens : c’est bien mieux qu’un sondage qui est payant et qui respecte l’anonymat des sondés.

Il est inacceptable que la majorité se permette de constituer ainsi des fichiers et qu’elle saisisse toutes les occasions pour collecter, y compris de façon irrégulière, des données sur les habitants.

L’AJUV exige que ces pratiques cessent immédiatement, en particulier lors du Grand débat national.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *